Paroles de Sentiers Multiples: Mirabelle et Gédéon

Mirabelle et Gédéon c'étaient une fille et un garçon qui survolaient sans alibi un monde en proie aux pires conflits, loin des abris atomiques, des usines d'armement chimique, des tensions diplomatiques primaires. 

Mirabelle et Gédéon, c'étaient deux esprits vagabonds qui flânaient sans cesse dans l'espace bien loin des désirs voraces, des appétits coriaces de purification de races, de puissances et de bidasse sans âme. 

Mirabelle et Gédéon, c'étaient deux esprits sans démon "qui naviguaient en paire, pénards, sur la grand'mare des canards", loin des sciences théologiques, intolérances systématiques, à l'abri d'une mécanique des cœurs. 

Mirabelle et Gédéon, c'étaient deux êtres dans l'union qui trottinaient sans s'exalter des scientifiques progrès ignorant les logiciels, existences artificielles, découvertes providentielles sans charme. 

Mirabelle et Gédéon c'étaient une sœur, un compagnon, qui vivaient sans aspiration pour de quelconques possessions, bien loin des propriétés, des matérielles vanités, sans caution, sans intérêt, sans gage. 

Mirabelle et Gédéon avaient-ils tort ou bien raison d'ignorer ces deux hémisphères gorgés de haine et de misère pour mieux vivre leur histoire bien loin du terrestre mouroir défiant l'aléatoire du temps ? 

Mirabelle et Gédéon, c'étaient sa flamme et ma raison, c'étaient ma flamme et sa raison, notre âme, notre communion ; les précieux hasards des vents nous font partager notre temps nous abritant du présent funeste. 

Preuseville, le 2 mars 1993